@Yodamanu's street photo blog. All photos shot by me, with my Leica, unless specified otherwise. Le blog de @Yodamanu. Street photo et tests de matériel.
Du cul, du cul, du cul, Barcelona June 2013.

Du cul, du cul, du cul, Barcelona June 2013.

Spectre, Barcelona, June 2013.

Spectre, Barcelona, June 2013.

Cold blue plexiglass Sonia, at the burger joint, Strasbourg, May 2013.

Cold blue plexiglass Sonia, at the burger joint, Strasbourg, May 2013.

Sonia. Strasbourg 2013, Leica M6, Summilux M 75mm f1.4, Kodak TriX 400.

Sonia. Strasbourg 2013, Leica M6, Summilux M 75mm f1.4, Kodak TriX 400.

More than 3 years of portraits posted to celebrate the patience and photogenic skills of my beloved Soso, who just turned [beep].


This selection was shot with 50mm (6), 35 (2) and 75 (2) lenses. Another proof the dispute about which focal length is the better for portraits should have ended a long time ago.

Everything is unstaged and unprepared, except for the 6 (from top to bottom and left to right) - I’ve asked her to sit down on this chair just after she came back from her hairdresser. And for the 10: we were coming back from the restaurant I thought she was as gorgeous as the bokeh.

/

Avec un peu de retard, un post pour célébrer tant la patience que la photogénie de mon modèle préféré, j’ai nommé Soso, ma chère et tendre qui vient tout juste de fêter ses [bip] ans.

J’ai essayé de constituer l’échantillon le plus varié possible. Il y a beaucoup de 50mm, deux au 35, deux au 75. Comme quoi les discussions sur LA focale à portrait 75 ou 85 ou 100, c’est un peu de la blague.

Les photos sont prises pour l’essentiel à pleine ouverture, en lumière disponible, sauf une au flash.

C’est aussi peu posé que possible dans le cas de la 6 et de la 10 (de haut en bas et de gauche à droite) pour le reste, c’est sur le vif. Même si à force de se faire shooter Mme a quand même développé quelques réflexes. La keuquine.

Polish nailed, Strasbourg 2012..

Polish nailed, Strasbourg 2012..

Soso Propaganda, November 2012.

Soso Propaganda, November 2012.

Sonia, Strasbourg, October 2012.

Sonia, Strasbourg, October 2012.

Inspection finale, Strasbourg, October 2012.

Inspection finale, Strasbourg, October 2012.

Sonia, Strasbourg, September 2012.

Sonia, Strasbourg, September 2012.

Untitled, Strasbourg, August 2012.

Untitled, Strasbourg, August 2012.

#Portrait, #Black and White, #Leica M8, #Summicron M 28mm f2, #Yodamanu
I was pretty happy to waste only one match before nailing this one right. In “single shot” mode it goes without saying: where’s the fun in burst mode? (Anyway, the so called continuous mode sported by digital Ms is so slow it’s pretty useless.)
J’étais plutôt content de n’avoir gâché qu’une allumette avant de shooter la bonne, en mode “single shot”, sinon ce n’est pas drôle. Le mode continu des M est de toute façon suffisamment lent pour flirter avec l’inutile.

#Portrait, #Black and White, #Leica M8, #Summicron M 28mm f2, #Yodamanu

I was pretty happy to waste only one match before nailing this one right. In “single shot” mode it goes without saying: where’s the fun in burst mode? (Anyway, the so called continuous mode sported by digital Ms is so slow it’s pretty useless.)

J’étais plutôt content de n’avoir gâché qu’une allumette avant de shooter la bonne, en mode “single shot”, sinon ce n’est pas drôle. Le mode continu des M est de toute façon suffisamment lent pour flirter avec l’inutile.

#Leica M9, #Summilux M 75mm f1.4, #Portrait, #Strasbourg
Un ami (et collègue) photographe s’est, sur un coup de tête, séparé il y a fort longtemps de son Summilux M 75mm f1.4. Autant dire qu’il s’en mord encore les doigts, bien des années après sa funeste décision. Pire, il l’a vendu à un pote, qui refuse de lui rétrocéder (et le taquine sûrement un peu au passage).
C’est que cette optique, le design favori du Dr Mandler, le père de quelques uns des objectifs les plus renommés de la marque au point rouge, a ce petit supplément d’âme que les optiques modernes n’ont pas toujours.
La colorimétrie vintage est à tomber. La transition vers les flous est des plus subtiles: on passe en douceur du plan net - l’oeil droit de la miss - au flou puis à un bokeh aussi magnifique qu’onctueux - à 1.4 comme ici, il ne reste que des tâches de couleurs.
Bien sûr, on est dans le domaine du subjectif. Si on faisait subir à cet objectif les batteries de tests qui s’imposent quand on poursuit comme le Graal la photo ultime du mur de briques, il en ressortirait probablement tout estranciné.
Mais concrètement, pour faire du portrait, c’est un bonheur. Certes, cet objectif, produit de 1980 à 2007, a ses exigences. A pleine ouverture, on fait face à une des profondeurs de champ les plus fines de tout le système M: le plan de netteté à f1.4 et une distance de 1m est d’environ 16mm. Le focus se joue donc à rien. Heureusement la course de la bague de la mise au point est parfaite. Suffisamment précise sans être trop longue.
J’aime beaucoup son rendu, suffisamment piqué sans être trop dur. Et son bokeh, qui se prête bien à une composition en “tâches”. Là, on était au restaurant. J’aimais bien les sources lumineuses de différentes couleurs. J’ai donc composé pour garder un peu du rouge des fauteuils, en bas à gauche, un peu du bleu de la lumière provenant de la fenêtre, le jaune de l’applique et à droite la lumière blanche de la lampe. Une fois que j’avais ce fond en tête, j’ai shooté.
En post traitement, j’ai surtout travaillé sur la balance des blancs qui était surréaliste la faute à des lumières environnantes rose-orangé.
PS: Ne prêtez pas attention aux EXIF embarquées dans la photo, mon M9 sort systématiquement des données bidon depuis l’origine. L’électronique n’est clairement pas le fort de la marque.
PS2: J’ai acquis le mien en échange de mon Noctilux f1, que je ne regrette pas (enfin pas trop) tant le Summilux me va au quotidien et tant le 75 me comble pour le portrait.

#Leica M9, #Summilux M 75mm f1.4, #Portrait, #Strasbourg

Un ami (et collègue) photographe s’est, sur un coup de tête, séparé il y a fort longtemps de son Summilux M 75mm f1.4. Autant dire qu’il s’en mord encore les doigts, bien des années après sa funeste décision. Pire, il l’a vendu à un pote, qui refuse de lui rétrocéder (et le taquine sûrement un peu au passage).

C’est que cette optique, le design favori du Dr Mandler, le père de quelques uns des objectifs les plus renommés de la marque au point rouge, a ce petit supplément d’âme que les optiques modernes n’ont pas toujours.

La colorimétrie vintage est à tomber. La transition vers les flous est des plus subtiles: on passe en douceur du plan net - l’oeil droit de la miss - au flou puis à un bokeh aussi magnifique qu’onctueux - à 1.4 comme ici, il ne reste que des tâches de couleurs.

Bien sûr, on est dans le domaine du subjectif. Si on faisait subir à cet objectif les batteries de tests qui s’imposent quand on poursuit comme le Graal la photo ultime du mur de briques, il en ressortirait probablement tout estranciné.

Mais concrètement, pour faire du portrait, c’est un bonheur. Certes, cet objectif, produit de 1980 à 2007, a ses exigences. A pleine ouverture, on fait face à une des profondeurs de champ les plus fines de tout le système M: le plan de netteté à f1.4 et une distance de 1m est d’environ 16mm. Le focus se joue donc à rien. Heureusement la course de la bague de la mise au point est parfaite. Suffisamment précise sans être trop longue.

J’aime beaucoup son rendu, suffisamment piqué sans être trop dur. Et son bokeh, qui se prête bien à une composition en “tâches”. Là, on était au restaurant. J’aimais bien les sources lumineuses de différentes couleurs. J’ai donc composé pour garder un peu du rouge des fauteuils, en bas à gauche, un peu du bleu de la lumière provenant de la fenêtre, le jaune de l’applique et à droite la lumière blanche de la lampe. Une fois que j’avais ce fond en tête, j’ai shooté.

En post traitement, j’ai surtout travaillé sur la balance des blancs qui était surréaliste la faute à des lumières environnantes rose-orangé.

PS: Ne prêtez pas attention aux EXIF embarquées dans la photo, mon M9 sort systématiquement des données bidon depuis l’origine. L’électronique n’est clairement pas le fort de la marque.

PS2: J’ai acquis le mien en échange de mon Noctilux f1, que je ne regrette pas (enfin pas trop) tant le Summilux me va au quotidien et tant le 75 me comble pour le portrait.

"Beauty is in the eye of the beholder"

"Beauty is in the eye of the beholder" / "La beauté est dans les yeux de celui qui regarde", according to / selon Oscar Wilde.

“The world is changed because you are made of ivory and gold. The curves of your lips rewrite history”, once wrote one of Dorian Gray’s many lovers. / Une des nombreuses personnes éprises de Dorian Gray lui aurait écrit: “Le monde n’est plus le même parce que tu es fait d’ivoire et d’or. Les courbes de tes lèvres réécrivent l’histoire.” 

Loading... No More Posts Load More Posts